Un an avec le fantôme…

bonneannee2player

Il y a un an, le 11 janvier dernier, je me réveillai avec le soleil en moins. Un astre noir était posé à sa place. Une étoile certes, mais figée désormais dans mon cosmos personnel. Les repères étaient bouleversés.

La veille, l’homme qui habitait le corps de David Bowie et tous ses fantômes, achevait sa vie terrestre avec l’ultime élégance d’avoir rassemblé dans un dernier opus, les éléments disparates d’un puzzle, ferments de toutes les hypothèses, de tous les désirs, de tous les secrets.

memoire
bs1La vie seule installe ses fantômes comme autant d’âmes dansantes dans notre impénétrable force à composer. Elles sont le feu de nos aspirations. La mémoire est une loterie qui tire par hasard les jetons de sa fortune comme des petits pièges. Tandis que la mort de l’être aimé tisse au quotidien des liens évidents de partage et de connivence, que la vie avait confisqué dans son tumulte.

Et même si la montagne qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que de nouveaux reliefs en germe, je sais cette présence à l’orphelin comme un vin de conquête. Une invisible Odyssée.

Je vis avec ces gestes appliqués, ce visage serein aux humeurs ébranlées, ces trente quatre concerts auxquels j’aurai assisté, dont je garde chacun des souffles, chacun des mirages…

voyages
bs2Et puis la musique où la moindre des mélodies est un caillou jonchant les étapes d’une vie en construction, la mienne.

Je ne me souviens de rien car tout à fait chemin en moi.

Je n’ai jamais rencontré David Bowie même si à deux reprises nous nous sommes retrouvés à moins de trois mètres. Depuis trente sept ans, je visite son œuvre et le mystère en écho de ce qu’il a influencé de mon environnement immédiat.

Sa voix si présente. Son œuvre immense.

Je me devais de lui répondre en ce jour anniversaire, comme il avait lui-même surpris le monde à cette date, en 2013 après dix ans de long silence.

Et ce silence si long, mais plein de retrouvailles…

afterall2
bs3After All, parce que désillusion, insuffisance, solitude, sont les thèmes récurrents de ce morceau et de façon plus générale sont les piliers du monument…


Merci à tous ceux qui ont œuvré à la possibilité de cet écho
Louise Lecavalier, Frédéric Tavernini, Laurent Rojol, Christian Quermalet, Joseph Doherty… Et puis Marianne et Zita, pour qui l’héritage est probablement moins léger…


Éternelles reconnaissances.

Bonne Année à tous et à vos fantômes chéris.shared

Publicités

A propos renaudcojo

autobiographe pointilliste
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s