Station To Station

Nantes, donc. Rendez-vous fixé avec la « Station Team », projet en devenir pour lequel je me suis engagé à accompagner la direction artistique. Eliott Manceau poursuit ici sa route entamée avec notre Et puis… Ziggy Stardust à la recherche de sa propre expression de scène. Il est accompagné de quatre grands et solides gaillards, à qui je viens confier le réalisme du projet auquel je vais associer la promesse du rêve en devenir.

A force de déjouer les caprices horaires du réseau ferré régional entre Nantes et Rennes d’où ils sont originaires, il fallait bien que ces cinq-là volent un peu de leur temps perdu de gare en gare à cette station assise dont ils ont usé les fonds de leur jeans slims à composer sur leurs guitares, les hymnes de leurs conjointes retrouvailles.

STATION donc, afin de faire le pont entre attentes muées en savantes mélodies, référence certaine aussi au Thin Withe Duke, période Golden Years, dont ils portent tous les cinq, la fraîcheur des années d’or. Celles où l’utopie s’enjoint parfois de l’éclat du miroir renvoyé au portrait de Dorian Gray de Wilde. Les références littéraires sont toujours bonnes à prendre dans la constitution d’une bonne « bio » en matière de pop’n’roll, surtout quand elles sont identiques…

Mirror-Mirror pourraient t’ils chanter à l’unisson, reprenant le choral d’Arcade Fire, dont ils écumèrent pendant deux saisons les concerts en France et Outre-Manche. Retour forcé à l’inconfortable station couchée dans les petites gares des districts de Londres et autres cités festivalières. C’est avec cette fascination tournée vers l’énergie anglaise, sa légende forgée de trouvailles dont ils se nourrissent tels d’avides orpailleurs, que leur langue s’est heurtée à l’évidence naturelle de l’idiome.

Du temps à attendre donc, tous et tout à la musique, à son alchimie fédératrice revendiquée dans cette intuitive référence qui s’affranchit d’une élégance toute nouvelle.

A l’origine, c’est en découvrant ses reprises postées sur Dailymotion que je décidais de proposer à Eliott sa participation à Et Puis J’ai Demandé à Christian de Jouer L’Intro de Ziggy Stardust. La fréquence des représentations aura mûri son désir, affirmé sa présence. Heureux d’avoir été ce « passeur » là.

Aujourd’hui il amène avec lui, ses comparses Alex, Iwan, Brieuc et Thibaud, dans l’aventure STATION, pour laquelle je partage fièrement en « ancien » l’effervescence de cette aventure neuve.

Après-midi Nantaise à capturer les poses longuement mûries de ce club des cinq, sur le pavé de l’ïle où de savantes machines réveillent les rêves d’enfants.

Publicités

A propos renaudcojo

autobiographe pointilliste
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s